En remontant la côte à partir d'Hendaye au plus près de l'océan, de petites routes en petites rues, nous admirons les superbes maisons qui dominent la mer jusqu'à ce que nous redécouvrions cette belle maison Art déco.

 

 

Le temps n'est pas propice aux photos mais une même promenade nous avait permis il y a deux ans de découvrir cette villa exceptionnelle et ce sont ces photos qui illustrent l'article. .  

 

 

L'endroit est calme, la vue est exceptionnelle sur la jetée de Ciboure .Les maisons environnantes sont de type basque mais celle-ci est blanche, toute blanche.

 

 

Cette villa est intéressante car elle est l'une des dernières maisons construites en béton armé à avoir été conservée, ainsi, "dans son jus".

Les nouveaux propriétaires ont acheté cette maison en 2008 et depuis ils lui ont redonné tout son lustre en respectant l'esprit Art déco.

 

L'histoire de cette villa commence avec" les années folles"

Caroline Signoret acheta  un vaste terrain dominant la mer, sur la colline de Bordagain à Ciboure. Elle revenait du Mexique où son père avait fait fortune avec une chaine de magasins. Son gendre Joseph Iriart, architecte, commençait à être bien connu dans le Pays Basque. Elle lui confie la réalisation d'une villa. Comme tout "Amaricanoak " (les bergers basques souletins qui sont partis trouver meilleure fortune en  Amériques appelés ainsi en hommage au chêne, emblème du Pays basque ) Elle veut exposer sa réussite. Elle lui laisse donc carte blanche mais lui impose trois conditions : être la plus belle des villas,  avoir un patio intérieur qui lui rapellerait sa jeunesse au Mexique et se réserver de choisir des meubles basques. La constrution commence en 1926. 

Le patio est pavé de mosaïque en queue de paon. A l'image des patios sud-américains, il était ouvert ce qui accéléra sa dégradation. Les nouveaux propriétaires le firent couvrir par un toit coulissant pour la bagatelle de près de 100 000€.

 

A l'image de ce vitrail de l'entrée de Jacques Gruber, tout a été pensé, choisi, réalisé par les meilleurs artistes et artisans de l'époque.

 

La salle de bain est une pièce  exceptionnelle de la maison, éclairée par une verrière, elle est recouverte de carreaux bleus de Daum, le célèbre cristallier lorrain.

La rénovation fut entreprise avec les meilleurs artisans locaux dans le respect des traditions. La maison fut remeublée dans le style art déco de l'époque de sa construction. Elle présente ainsi une parfaite unité.

 

 

 

 

  La villa fut classée à l'inventaire des monuments historiques en 1995 et pour la petite histoire elle fut le millième monument inscrit.

Elle est maintenant ouverte au public pour des visites de découverte.

Elle est également louable en chambres d'hôtes ou pour la maison entière, pour peu que vos moyens vous le permettent. Pour 20 000 € par semaine, vous pourrez profiter de ce joyau, de son jardin et surtout de sa vue imprenable que le port de Ciboure et l'océan. Non, non, je ne me suis pas trompée dans le nombre de zéros.

Le site de la villa : ICI

  A quelques pas de là , ce sont les surfeurs qui profitent de ce spot réputé près de Guéthary. Au loin, c'est la pointe de Fuentarrabie en Espagne qu'on aperçoit. 

      La villa est répertoriée et présentée sur de très nombreux guides et revues d'architecture. La plupart des photos sont les miennes, certaines proviennent de ces guides ou sites car comme vous le constatez, le temps n'était pas propice à des photos réussies.

 

Retour à l'accueil