Au coeur des Pyrénées ariégeoises, non loin de Saint-girons, Saint Lizier est une ville qui étonne par son riche patrimoine (inscrit au patrimoine de l'UNESCO)

Au pied de la chaîne des Pyrénées et des derniers sommets enneigés, la ville  s'établit en deux niveaux  Au sommet, le palais de évêques, ( et il y en eût là 77)  et à ses pieds la ville basse.

Elle fût ainsi nommée depuis le VIème siècle en l'honneur de son évêque Lizier de Couserans. D'origine gallo-romaine la ville connut son essor au Moyen-Age . On y construisit pas moins de deux cathédrales, une dans chaque ville, la ville haute et la ville basse mais avec un seul évêque.

L'une, la cathédrale de la Sède, est maintenant intégrée au palais des évêques. Déserté à la révolution il devint une prison, un dépôt de mendicité puis un asile d'aliénés et enfin un hôpital psychiatrique.

Les dépôts de mendicité étaient des établissements de réclusion des mendiants et de gens "sans-aveu". Reconnaissant leur utilité, Napoléon exigea qu'il y en eut un par département. Mendiants, vagabons et prostituées y étaient reclus pendant une année, temps pendant lequel il y apprenaient un métier en vue de se réinserer dans la société. Ils fonctionnèrent jusqu'à la fin du 18 ème siècle. Ni hospice, ni prison, ils fonctionnaient comme une institution de réinsertion sociale. Notre souci sociétal actuel n'est donc pas nouveau. Notre réponse ne s'est guère améliorée.

Triste destinée pour ce bel ensemble aarchitectural; L'ensemble de la cité fût, ces dernières années transformée en résidence de vacances, en un restaurant dont la terrasse domine magnifiquement la vallée et un musée épiscopal.

 

 

 

L'autre, actuellement l'église paroissiale, dite la cathédrale de Saint-Lizier recèle de beaux objets reliquaires.

 

 

De la ville haute, on observe l'organisation anarchique des toits de tuiles qui composent de magnifiques compositions ocre-brun.

 

 

La ville a gardé ses ruelles ses voûtes et ses passages moyen-âgeux et les noms évocateurs de ses rues.

 

 

Nous continuons notre périple qui nous conduira vers Foix et Andorre. Nous croisons cette ancienne borne de l'Auto-club du Midi, avec un brin de nostalgie.

 

 

 

Retour à l'accueil