La journée du patrimoine est, chaque année, l'occasion de sortir de chez soi et de partir à la découverte de notre merveilleux patrimoine sans aller bien loin.

C'est en direction des Deux-Sèvres que nous sommes partis ce jour de septembre, avec le soleil comme compagnon . Il ne restait plus qu'à se laisser porter par les petites routes qui longent la vallée du Thouet. C'est une jolie région verdoyante et paisible.

Au programme,un joli petit village qui porte un nom chantant : Saint Genéroux et son église, la seconde plus ancienne de France dit-on.

Le premier arrêt est pour ce joli pont qui enjambe le Thouet, un affluent de la Loire, et ses eaux limpides. Une croix rappelle la proximité de l'église. Elle apportait  la protection divine à l'édifice et il en eut bien besoin.

Il fallait qu'il résiste aux crues, fréquentes à l'époque. Des avants-becs facilitaient le passage du courant et en plus ménageaient des espaces où les piétons pouvaient se réfugier lors du passage des charrettes.

Il a aussi fallu qu'il résiste aux attaques des Normands, combattus avec ardeur par les habitants.

Il a été classé aux Monuments historiques en 1926

C'est un pont route dont la construction date probablement du 14ème siècle. La chaussée est encore pavée de grosses pierres irrégulières. Il permettait de faire communiquer le village et l'église installés de chaque côté du Thouet.

 

Nous arrivons à l'église. Elle date du Xème siècle (peut être même un peu avant) et fut classée monument historique  dès 1846. Certains lui attribuent une origine carolovingienne (époque de Pépin le Bref, Charlemagne ) Un prieuré est venu la compléter. On en voit encore les murs effondrés.

Elle fut probablement édifiée sur les lieux du tombeau de Generosus.

Generosus était un moin, romain de naissance, probablement de "belle lignée puisque c'est le sens même du non Generosus. Il vécut  en Poitou, d'abord abbé à l'Abbaye de Saint-Jouin de Marnes, dont il devint le Père Abbé, choisi par sa rigueur et sa discrétion.

Cette charge ne lui convint toutefois pas. Recherchant une solitude spirituelle, il abandonna ses fonctions et se retira au milieu des forêts dans une grotte sur les bords du Thouet.Cette grotte subsiste encore parfois nommée la grotte des moines ou la grotte blanche.

Sa solitude fut de courte durée car il fût rejoint par d'autre moines attirés par sa démarche. Des paysans suivirent, jusqu'à créer une petite communauté fondant les bases du village actuel.

Mort le 16 juillet 521, il fut vénéré par les habitants qui construisirent sur les lieux de son tembeau, d'abord un oratoire, puis au X ème siècle l'église de style pré-roman qu'on admire encore de nos jours. Un pélérinage lui fut consacré, chaque année, à la date anniversaire de sa mort

Le village prit le nom de Sanctus Générosus qui est devenu depuis Saint Généroux.  

Des batailles d'experts mettent en cause la qualité de la rénovation de l'église mais certaines parties ont été fidèlement restaurées comme ce pan de mur qui présente un bel arrangemeent de pierres.

L'intérieur de l'église est imposant. Lors de sa construction une grande nef menait à l'abside. Des ajouts successifs lui ont donné cet aspect plus traditionnel des églises de notre région.

Si vous avez envie d'en savoir plus, le blog de généalogie Geneablog79 présente un travail de recherches très complet de Gaétan Brossard. http://cgw79.free.fr/blog79/?p=134

François Vilon, le célèbre poëte du Moyen-Age, serait venu se retirer ici après avoir été amnistié par Louis XI, y retrouvant de "gentes et belles dames". Il y aurait écrit son testament . Y est-il mort?

formidable-CPA-Saint-Generoux-vue-partielle-vom-Weg-aus

S i vous passez dans la région, c'est un arrêt intéressant à mettre à votre programme.

Je vous souhaite de belles balades printanières.

 

 

Retour à l'accueil