En ce dimanche des Rameaux, c'est un monument original que je vous propose de découvrir ou de redécouvrir , la croix hosannière de Moëze en Charente Maritime. Entre Rochefort et l'île d'Oléron le village de Moëze est dominé par le clocher de pierres de son église.

Ce clocher de pierres, traditionnel dans la région, traversa les guerres de religion sans encombres, non pas par sa beauté ou quelque raison religieuse que ce soit mais pour une raison très pratique. Il  servait d'amer (phare) pour les navires qui rejoignaient Brouage qui était à l'époque un port actif . L'église n'eut pas la même chance et fût complétement détruite par les réformistes. Reconstruite son modeste toit de tuiles contraste avec l'élégance de son clocher de pierres.

Un édifice exceptionnel

C'est non loin de l'église, au cœur du cimetière voisin,  que s'élève la croix hosannière, . Elle ne fut pourtant pas construite dans le cimetière mais sur la place du village. Le cimetière s'est par la suite, installé autour de la croix peu à peu.

Si on recense une centaine de croix hosannières en France, dont la majorité se trouve dans notre région, celle de Moëze est unique dans sa constrution.Elles se présentent généralement comme une colonne ronde, haute de 10m environ et surmontée d'une croix. A la différence des lanternes des morts, elles ne reçoivent pas système lumineux.

Celle de Moëze repose sur une plateforme à gradins et se présente sous forme d'un temple corynthien à 20 colonnes cannelées construit  vers le 16 ème siècle. Ce n'est qu'au XVII ème siècle que l'édifice fut surmonté d'une colonne pyramidale et d'une croix. L'ensemble parait disproportionné.

Mais à quoi servait cet édifice?

Une utilité très particulière

Elle avait probablemement lors de sa construction une vocation funéraire. Peut-être servait-elle d'ossuaire ou de fosse commune?  on ne sait pas vraiment. Ce que l'on sait en revanche, c'est qu'elle servait de point de départ ou d'étape lors de la procession du jour des Rameaux, célébré une semaine avant Pâques.

Elle en tirerait  même son nom! Les cantiques chantés à cette occasion reprennent

Hosanna in excelsis deo

Les participants à la procession agitaient des palmes en psalmodiant des cantiques rappellant la liesse de la foule accueillant le Christà son entrée à Jérusalem.

Une autre explication, toutefois très proche, rattachée aussi au jour des rameaux, proviendrait du nom donné localement au buis béni pour les Rameaux, l'hosanne.

Tout autour, court une inscription  en latin  :

PUERI HEBRAEORUM

PORTANTES RAMOS OLIVAVERUNT

OBVIAERUM DOMINUS CLAVANTES

ET DICENTES HOSANNA IN EXCELSIS

qui pourrait se traduire par

Les enfants des hébreux,portant des rameaux d'olivier, allèrent à la rencontre du seigneur en chantant en disant Hosanna au plus haut des cieux"

Elle connut plusieurs mésaventures: 

  •  la première lorsque les conventionnels la firent démonter . Elle ne retrouva son intégrité  que deux siècles plus tard.
  • la seconde lors de la tempête de 1999 qui l'envoya à terre une fois de plus.

La voici à nouveau entière . Classée monument historique dès 1886, elle mérite de faire un détour pour la découvrir et lire son histoire.

Ce beau ciel bleu charentais est un ciel de juin 2015. Il fait beau en ce moment en Charente Maritime mais le ciel n'a pas ce bleu profond. Il faut attendre encore un peu.

Je vous souhaite de belles balades de printemps

Vous pourriez aimer lire aussi cet article sur l'église de Sant Généroux en Deux Sèvres ICI

Retour à l'accueil