Un peu étourdis par le vent qui a accompagné notre balade à Argelès-sur-mer, nous cherchions un endroit mieux abrité. Nous l'avons trouvé à Port-Vendres, hâvre parfait lorsque la tramontane souffle.

La situation de sa rade, bien protégée des vents de tous côtés, en fait une étape idéale.

Port de pêche, port de commerce, port de plaisance, Port-Vendres est tout à la fois et dans un même bassin, ce qui lui donne une activité intense, riche et variée.

  • Le port de commerce

connait un net essor depuis une vingtaine d'années. Sa proximité avec les pays africains en font une destination privilégiée pour le transport des fruits. Mais ce sont les importations traditionnelles de bananes et d'ananas, aves les Antilles ou la Côte d'Ivoire, qui représentent 90% de son trafic. Le grand bâtiment blanc qu'on aperçoit au fond de l'image, près de l'entrée du port permet d'importants stockages.

Le fort Béar  domine le port. Construit en 1880, il est aujourd'hui un lieu d'entrainement de commandos.

  • Le Pailebot Miguel Caldentrey

Un beau projet est la rénovation de la goëlette catalane Miguel Caldentey, un navire classé monument historique qui a été utilisé pour le transport à la voile des oranges et autres denrées.
Les fruits étaient transportées en vrac et c'était aux femmes d'assurer le déchargement. On les appelaient les transbordeuses d'oranges.

 

Si vous voulez en savoir davantage sur la restauration de cette goëlette c'est  ICI 

  • Le port de plaisance

offre 250 places, toujours occupées. De beaux paquebots font également éscale sur les quais au pied de la Tour de la Lanterne, vestige des fortifications érigées par Vauban. Imaginez qu'elle a été démontée et remontée à l'identique un peu plus loin pour agrandir le port.

  • Le port de pêche

La pêche demeure l'activité la plus importante du port. Loup, Dorade, Encornet sont proposés par les pêcheurs, tous les matins au retour de pêche.

Les barques de pêche sont joliment colorées comme on en trouve partout en Méditerrannée.

Cette vue ancienne de Port-Vendres met en évidence la situation exceptionnellement protégée du port. On y distingue l'obélisque qui occupe la grande place.

  • L'obélisque 

érigée au XVIIIème siècle à la gloire de Louis XVI  met en avant « L’Amérique indépendante », « La servitude en France abolie », « La liberté du commerce » et « La marine relevée». C'est le seul monument qui subsiste en France à la gloire de Louis XVI, tous ayant été détruits à la Révolution.

 

  • Le niveau zéro

En 1790, alors que la France vient d'adopter le système métrique, François Arago, catalan de naissance, savant et physicien a été chargé de déterminer le niveau zéro à partir duquel seront calculées toutes les altitudes. 

Le niveau moyen des marées, dans l'axe du port, est alors choisi. Il est marqué d'un témoin de bronze.

Ce niveau zéro a été vérifé le 6 mai dernier par les géomètres expert afin de témoigner d'une éventuelle montée de la mer. Il sera interessant d'en connaitre les résultats.. 

L'Indépendant s'y est intéressé ICI

Du côté du vieux port de pêche, l'église Notre Dame de Bonne Nouvelle veille sur le port

 

Port-Vendres tire son nom de Port veneris, ce qui signifie Port Vénus. Tout un programme !

On quitte à regrets cet endroit avec un dernier regard au loin comme le fait cette statue de Vénus du célèbre sculpteur Aristide Maillol, né à Banyuls, érigée à la gloire des morts pour la France.

Notre balade va se poursuivre avec le vent et quel vent!

A bientôt pour une belle découverte

Merci de votre visite et faites de belles balades

 

Retour à l'accueil