Les jours froids de fin d'hiver sont propices aux rêves de jours meilleurs, de balades et de flâneries sous le soleil. C'est donc un bon moment pour se remémorer de jolis endroits parcourus l'été dernier et, pourquoi pas vous donner f'envie de vous y promener.

 

Allez, je vous emmène sur les bords de Loire, en fin d'une belle journée d'été un peu rafraichie par un gros orage. Partis de Saumur, et, remontant la Loire vers Tours, 6 petits kilomètres parcourus,  nous bifurquons, à flan de côteau, attirés par la blancheur des maisons accrochées à la  falaise. L'unique rue est étroite, les places de stationnement peu nombreuses, une place enfin trouvée dans le parking à l'extrémité du village, commence une visite inattendue.

Sousay est un petit village ligérien (des bords de Loire), accroché aux rochers qui surplombent le fleuve. Il a rejoint Champigny, village voisin qui occupe les côteaux pour devenir Souzay-Champigny.

De jolies maisons médiévales en tuffeau, la pierre blanche de la région, nous invitent à la flânerie. Les rosiers balancent leurs branches fleuries au dessus des ruelles et les hortenias alignent leurs touffes colorées tout en douceur. Entre Anjou et Touraine, tout respire ici la douceur de vivre, un peu en de hors du temps.

 

Ces terres de Foulque Nerra ont été exploitées dès le XIIème siècle. La Loire, en contrebas, était le lieu d'une activité fluviale intense avec le transport des pierres de tuffeau, du vin, des étoffes de soie produites dans la région.

Souzay resta un port actif de la Loire jusqu'à l'arrivée du chemin de fer. Pêcheurs, mariniers, viticulteurs, carriers, négociants en vin animaient le village. De riches marchands hollandais s'y établirent même en s'y faisant construire de beaux et riches manoirs.

Au XVème siècle, le seigneur de la Vignolle s'y est fait ériger un manoir semi-troglodyte .

Marguerite d'Anjou, reine consort d'Angleterre ( 1429-1482) y vécut à la fin de sa vie.

Fille du roi René d'Anjou, elle est mariée en 1445 à Henri VI de lancastre (Lancaster), roi d'Angleterre.

Ce jeu diplomatique permet la signature d'une trêve entre les royaumes de France et d'Angleterre.  Cette femme dynamique et volontaire a soutenu son mari "imbécile" et défendu son pays avec ardeur. Elle prit une part importante dans la guerre des deux roses . Des querelles dynastiques entre les maisons d'York et de lancastre, elle perdra successivement son fils et son mari, assassinés. Elle sera elle-même emprisonnée par le futur Richard III. Louis XI la délivre contre rançon, mais exige en contrepartie du Roi René le retour à la couronne de France des duchés d'Anjou, de Lorraine, de Bar et de Provence. Exilée en France, Marguerite est alors recueillie par Jean de la Vignole qui met à disposition ses manoirs des bords de Loire dont le magnifique logis semi-troglodytique de Souzay.

Afficher l'image d'origine

C'est avec toute sa cour, 600 personnes quand même, qu'elle vécut dans ce château et les manoirs alentours. Elle est morte non loin de là, à Dampierre. La sépulture de celle qui se nomma "la plus malheureuse des épouses et des mères" repose toujours dans la cathédrale d'Angers. 

Le manoir est actuellement converti en chambres d'hötes. Nous continuons notre promenade. Nos pas nous conduisent à l'entrée d'une rue qui s'inflitre  sous terre perpendiculairement à la Loire. 

Une ville troglodyte et commerçante, active jusqu'en 1950.

Depuis le Moyen-Age, les falaises sont creusées  pour exploiter les pierres de tuffeau utilisées dans la construction des châteaux de la Loire et des manoirs de la région et exportées.

Un ingénieux système de galerie facilitaient le transport des pierres jusqu'aux rives de la Loire où elles étaient chargées sur les gabarres.

 

 

Au fur et à mesure de la création des galeries, les habitants de la région ont investi les lieux jusqu'à en créer une véritable ville où artisans et commerçants ont travaillé et vécu jusqu'au milieu du XXème siècle.

 

La rue du commerce, paralèlle à la Loire, conserve des traces de son activité comme cette épicerie qui porte la date de 1717 sur son linteau. Les descendants de l'épicière habitent toujours à proximité.

Les habitants ont toujours exploité ces terres viticoles généreuses, produisant un excellent vin. Les caves permettaient d'élever le vin dans de très bonnes conditions de garde.

Le bétail trouvait sa place dans ces galeries. Ici une fuye a été aménagée pour accueillir des pigeons.

 

Des effondrements des plafonds se sont produits par endroits, suite à un séisme, au Moyen Age. Ils ont crée ainsi des places à ciel ouvert. Les lierres s'en donnent à coeur joie et animent les galeries comme des chandeliers.

Les portes de bois ajourées qui ferment l'entrées de galeries laissent entrevoir des rangées de barriques bien alignées. Nous sommes ici au coeur de l'appellation Saumur -Champigny.

 

Une cité viticole réputée au coeur de l'appellation Saumur-Champigny

En poursuivant la rue commerçante, on découvre une petite porte intrigante.

Il s'agit d'une jitte, sorte de puits où on jettait les raisins afin qu'ils tombent directement dans la fosse où ils étaient pressés. En bordure de route ils permettaient d'éviter les manutentions difficiles et répétitives des vendanges.

Les terres calcaires du plateau de Champigny sont favorables à la culture de la vigne.  L'appellation Samur-Champigny couvre la production de neuf communes environnantes.

Un domaine très particulier a été classé Monument historique. Il est le fruit d'un homme passionné Antoine Cristal.

Antoine Christal

Né à Turquant en 1837, il en devient maire en 1884 après une activité importante dans le commerce de tissu et de bonneterie. Peu après, il acquiert le Château de Parnay et ses vignes. Le "Père Cristal" se consacre alors entièrement à la viticulture. De son esprit ingénieux, va bientôt sortir une nouvelle conception de la culture de la vigne: le pied est planté côté nord des murs et le cep traverse ce mur par un orifice situé à 50 cm de hauteur pour se développer de l'autre côté, plein sud. Feuillages fleurs et grappes profitent ainsi au maximum du soleil. Ami de Georges Clémenceau, Antoine Christal est l'une des personnalités originales et marquantes de la Belle Epoque. Peu avant sa mort, Antoine Cristal lègue le clos Cristal aux Hospices de Saumur qui aujourd'hui encore gèrent cet héritage

Pour mieux comprendre le système inventé par Antoine Cristal;

Sur le site du Clos dans les murs, une lettre de Clémenceau revendiquant un statut de bon vivant vous amusera.

Le Clos Cristal Vins de Saumur Champigny

Notre balade chez les campisouziens se termine. On peut encore se promener sur l'île de la loire juste en face du village. On y verra des muriers pluricentenaires. Il nous rappelent que l'élevage des vers à soie était une activité importante de la région. Ici, c'étaient les Abesses de l'abbaye de Fontevraud qui se consacraient à cet élevage..

Alors si vous passez dans le coin, une halte à Souzay-Champigny ne vous decevra probablement pas.

Féerie souterraine à Cabrespine

« Cet article participe au rendez-vous mensuel « En France aussi » organisé par Le coin des voyageurs » 

Rendez-vous sur le blog "le coin des voyageurs" pour d'autres belles visites

http://www.lecoindesvoyageurs.fr/2016/03/decouvrir-une-region-par-ses-caves-enfranceaussi.html

Souzay-Champigny entre Anjou et ouraineT

Afficher l'image d'origine

Allez, encore quelques photos de la douceur de vivre angevine....

Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Souzay-Champigny, un village angevin troglodyte, royal et viticole
Retour à l'accueil