Il est de ces villages dont le nom vous attire sans que l'on sache vraiment pourquoi. Corme Royal est de ceux là.

Un peu en retrait de la route qui conduit de Rochefort à Royan, ce petit village ne se découvre pas par hasard. Nous empruntons très fréquemment cette route mais le plus souvent c'est avec une arrivée programmée voire minutée (sortie d'école, rendez-vous dentiste et autres accompagnements que les grands-parents connaissent bien).  Depuis longtemps j'avais envie de prendre du temps et de flâner dans ce marais charentais au paysage particulier.

 

Rien ni personne ne nous obligeait ni ne nous attendait ce samedi d'août. Nous prenons donc la direction de Corme Royal. Royal? une promesse de belle découverte.

Corme Royal se serait appelé ainsi après la visite supposée de Saint-Louis qui se serait arrêté dans un bois depuis appelé le Bois du Roy. En fait Corme-Royal n'a de royal que.... son nom mais son église mérite largement un arrêt.

L'église saint-Nazaire a été construite au XIIème siècle sur l'emplacement d'un ancien couvent bénédictin. Si sa façade est typique des églises charentaises romanes, son clocher crénelé est plus inhabituel. Il a été modifié au XIIème siècle par l'adjonction d'un chemin de ronde.

Corme Royal L'église Saint Nazaire

L'église est regardée comme une des plus belles églises romanes de Saintonge. C'est sa façade qui présente un intérêt majeur.

 La Saintonge

est une ancienne province française qui s'étendait du Sud de la Vendée et des Deux-Sèvres, englobant le marais poitevin, jusqu'au sud de la Charente Maritime incluant un petit morceau de la Charente et de la Gironde. saintes en était la capitale.

Passant  successivement des ducs d'Aquitaine aux comtes de Poitiers ou aux comtes d'Anjou la région a été secouée, tourmentée  passant des Capétiens aux Plantagenets avant, finalement d'arriver dans le royaume de France dans le domaine du roi de France. On y parlait le saintongeais  qui a été reconnu officiellement comme langue régionale faisant partie des langues d'oc. 

Revenons au portail.  Il est encadré par deux arcatures aveugles. Au dessus, on retrouve la même organisation. Les sculptures du premier étage sont extrêmement  fournies et précises plus encore que l'étage du bas mais la hauteur ne permet pas d'en apprécier vraiment les détails ce qui est dommage.

La richesse de la voûte sculptée du portail pourrait à elle seule justifier l'intérêt porté à cette petite église. Le détail des chapiteaux accroche le regard par la diversité des motifs et la précision de leur réalisation.

 

 

 

A l'intérieur, les chapiteaux et les frises sculptées qui courent à mi hauteur sont d'une grande finesse. Ils témoignent d'un art roman maîtrisé daté du XIIème siècle. La plupart d'entre eux appellent à la vigilance de l'homme face à ses actes.

 

 

Avant de repartir de Corme-Royal, une autre visite s'impose, celle de la jardinerie. C'est un plaisir de parcourir les serres débordantes de plantes inhabituelles, de palmiers et autres végétaux adaptés à la région. Bien entendu, je n'ai pas résisté à une belle collection de sauges colorées et à un magnifique couvre sol bleu. 

Profitez de belles balades ici ou là et passez des belles journées.

A bientôt pour de nouvelles balades

Retour à l'accueil